Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 17:28

18 jours

 

Le film qui te fait aimer les Égyptiens si ce n'était pas déjà le cas. 10 courts-métrages qui offrent autant de fenêtres sur la révolution, les révolutionnaires, les planqués, ceux qui s'engagent, le grandiose à l'échelle intime, le spectacle hypocrite. 18 jours, ça passe très vite et ça se se passe partout, bientôt...الشعب يريد اسقاط النظام  


New York, I Love You                                                                                                                             Paris, je t'aime

 

Il y a une unité spatiale, Le Caire, comme dans les films "New-York I Love You" (2008) [lire la critique du film] ou "Paris je t'aime" (2005), mais aussi une unité temporelle car l'action de chaque film se situe du 25 janvier au 11 février 2011, chute du raïs Moubarak. La diversité des réalisateurs amène également une diversité dans les thèmes abordés et dans la qualité du traitement. On retrouve, entre autres, derrière la caméra Yousry Nasrallah qui avait fait connaître au public occidental la merveilleuse Mona Zaki (que l'on retrouve aussi devant la caméra) dans le troublant "Femmes du Caire" (2009) [lire la critique du film], fresque engagée et féministe dans l'Egypte pré-révolutionnaire.

 

Femmes du Caire                                                                                                                          Casanegra


On retiendra dans les évocations quelque chose d'universel, à savoir le refus de l'oppression, mais aussi des aspects communs à de nombreux pays arabes dans la manière de réprimer. Parler de « révolution(s) arabe(s) » n'est pas un abus de langage et encore moins une expression raciste comme le pensent certains professionnels de la politique. Il suffit de promener son regard et sa caméra dans les rues de Casablanca, comme dans l'enthousiasmant "Casanegra" (2008) [lire la critique du film], dans la Palestine occupée, comme dans le scorsesien "Ajami" (2009) [lire la critique du film], ou encore dans la Tunisie de Ben Ali, avec l'angoissant "Les Secrets" (2010) [lire la critique du film] pour comprendre ce qui résonne chez les peuples connectés entre eux par les médias, des héritages et des perspectives.

Ajami                                                                                                                           Les Secrets

Partager cet article

Repost 0
Published by Sidi Cinéma - dans Critiques Cinéma
commenter cet article

commentaires