Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 00:06

Bad TeacherBad Teacher (real. Jake Kasdan, 01h33 min.) : parce que Cameron Diaz , bien que blonde, est l'anti-Michelle Pfeiffer ; cette comédie, qui n'hésite pas à faire quelques clins d'oeil à "Esprits rebelles" (Dangerous minds), fait partie des films à voir l'été pour rire parfois grassement devant les gesticulations de cette enseignante à la recherche du bon parti ; l'autodérision est de mise (on pense à l'interprétation de Justin Timberlake qui n'a rien à voir avec son rôle dans "The Social Network") ; on en redemanderait presque si le scénario était à la hauteur du casting et des gags parfois osés. Osons...


The MurdererThe Murderer (real. Hong-jin Na, 02h20 min.) : armes blanches pour larmes rouges, soldat d'une cause perdue, pris entre deux clans, entre deux castes pour 2h20 sans temps mort... quête de la femme, devenirs assassins, chaudes vengeances et courses-poursuites. Bienvenue en Sud-Corée! La trajectoire du personnage principal, Gu-nam, forcément anti-héros, qui noie son désespoir dans le jeu et l'alcool jusqu'à sa rencontre avec le parrain local, nous donne, derrière les voitures détruites, les gangsters bouffons et les policiers maladroits, une leçon de survie dans sa recherche de la vérité.


Case départCase départ (Thomas Ngijol, Fabrice Eboué, Lionel Steketee, 01h34 min.) : un film que je recommande chaudement en cet été saveur automne. Tout le monde ne riera pas des mêmes choses au même moment. Des dents grinceront sans doute, mais ça reste la comédie du moment qui pose de bonnes questions sous son aspect lourdingue... L'opposition complémentaire entre les deux protagonistes (le paumé converti à l'Islam interprété par Thomas Ngijol et le conseiller municipal bounty par Fabrice Eboué), nous rappelle un peu, dans leurs mésaventures spacio-temporelles, celles des "Visiteurs" version "Racines" (pour l'évocation de l'esclavage et l'interdiction de l'oubli) ou "Les folles années du twist" (pour cette capacité de rire de tout, comme du colonialisme, sans complicité avec les colonialistes).

Partager cet article

Repost 0
Published by Sidi Cinéma - dans Critiques Cinéma
commenter cet article

commentaires