Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 11:14
  

 

On trouvera sur cette page, consacrée au réalisateur Djamel Zaoui, des liens renvoyant à certaines de ses oeuvres. Pour ma part, j'ai eu l'occasion de voir (plusieurs fois) son film, "Une autre guerre d'Algérie" réalisé en 2003. Un travail connu des spécialistes étant donné le sujet abordé, un travail qui mérite d'être connu et soutenu par le grand public, sensible aux révolutions et luttes de libération nationale.

 

Pour la première fois sur nos écrans, on pouvait découvrir le récit et les témoignages de compagnons ou partisans de celui qui est considéré, à juste titre, comme le principal dirigeant et animateur du mouvement indépendantiste algérien : Messali Hadj.

 

Ceux qui ont des notions d'histoire concernant la révolution algérienne (dont la phase armée débute le 1er novembre 1954), savent que celle-ci connut, outre la confrontation (politique, militaire et sociale) entre les "nationalistes révolutionnaires" et les défenseurs de l'ordre colonial (qui n'étaient pas tous Européens), une lutte acharnée et destructrice entre organisations rivales (d'un côté, le Front de libération nationale qui va s'imposer, de l'autre, Mouvement national algérien, regroupant les partisans de Messali Hadj).

 

A l'indépendance, les derniers messalistes (souvent tout juste libérés des camps après le cessez-le-feu) furent contraints de se réfugier en France (temporairement dans leurs esprits) afin d'échapper aux purges et règlements de compte, parfois initiés par des novices sectaires, complètement étrangers à l'histoire du mouvement indépendantiste.

 

Cela va créer, en plus des messalistes déjà présents en France, un sous-secteur dans l'émigration algérienne qui (comme le dit justement Benjamin Stora dans les premières minutes du film : pour voir l'extrait) ne se reconnait pas dans le récit "dominant" de l'émigré fuyant la misère de son pays et cherchant du travail en France, mais qui n'a rien à voir non plus avec le sort des supplétifs et auxiliaires de l'armée française, les "harkis" (n'en déplaise à ceux qui de manière complètement artificielle et malhonnête, voudraient amalgamer le sort des anciens colons ou "pieds-noirs", celui des "harkis" et celui de militants pour l'indépendance... faussement réunis dans la "douleur" d'un pays perdu).

 

Djamel Zaoui ne cache pas son histoire, celle de sa famille. Son travail est un retour sur soi qui permet, pour les esprits ouverts, de penser le pluralisme et la complexité, de sortir de la pensée unique et d'incarner davantage cette "guerre dans la guerre" selon la formule de Mohammed Harbi.

 

Sidi Cinéma

 

 

Pour aller sur la page de présentation de l'éditeur.

 

Pour commander ce film, édité en DVD.

 

 

 

*

*   *

 

et, parmi les autres films de Djamel Zaoui :

 

 

 

"OAS, un passé très présent", réalisé en 2007, 52 min.

 

présentation de l'éditeur (pour aller sur la page) :

 

"De 1961 à 1962, l’Organisation Armée Secrète (OAS) assassina au nom de l’Algérie française plus de 2 200 personnes dont des serviteurs de l’Etat. Aujourd’hui, se joue un bras de fer entre une OAS réincarnée pratiquant une pression politique et les enfants des victimes.La loi de 2005 sur le “rôle positif de la colonisation” réhabilite officiellement l’OAS tout en “réassassinant” les victimes. C’est au grand jour et avec les honneurs de la République, que plaques, stèles et monuments commémorant les tueurs de l’OAS en martyrs de l’Algérie française, fleurissent un peu partout en France…"

 

 

 

 

Des musulmans pas très catholiques

 

 

 

"Des musulmans pas très catholiques", réalisé en 2009, 52 min.

 

présentation de l'éditeur (pour aller sur la page) :

 

"Chaque année 7 000 français de souche se convertissent à l’islam.
Parmi ces convertis, des sportifs de haut niveau, des artistes reconnus, des philosophes, des officiers, des chefs d'entreprise, des ingénieurs, des universitaires, des chômeurs… et beaucoup de jeunes des cités en recherche de repères. À cheval entre deux cultures, ces convertis préfigurent ce que sera l’islam de France, dans quelques années."

 

pour voir un extrait

 

 

 

 

ABCDAIRE du jeune lascar périphérique

 

"ABCDaire du jeune lascar périphérique", réalisé en 2007, 52 min.

 

présentation de l'éditeur (pour aller sur la page) :

 

"Étrange destin que celui de ces cités maudites, à l’écart de la ville, derrière un mur aveugle, une voie ferrée, un échangeur d’autoroute ou un terrain vague. L’actualité ramène régulièrement ces banlieues oubliées de la République sous les feux de la rampe. Depuis le début des années 1980, les banlieues explosent régulièrement. Ancêtres, banlieue, communautarisme, daron, exclusion, faciès, galère… Au travers de ces réalités mises bout à bout, ce film, nous plonge au cœur des problèmes de la jeunesse des cités-banlieues au rythme d’un Abcdaire teinté d’humour et d’ironie."

 

pour voir un extrait

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sidi Cinéma - dans Critiques Cinéma
commenter cet article

commentaires