Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 11:18
L'Algérie et la France
 
 
Commentaires de Djanina Messali-Benkelfat à propos du livre : L'Algérie et la France, dirigé par Jeannine Verdès-Leroux, Paris, Robert Laffont, 2009.

Cher Monsieur,


Parmi les nombreux livres de la rentrée consacrés à l’Algérie, ``L’Algérie et la France`` dirigé par Jeannine Verdès –Leroux, ne m’a pas échappé.

Les appréciations pour le moins très discutables sur le colonialisme ne m’ont pas fait adhérer totalement à ce livre mais néanmoins j’ai été très surprise d’y trouver votre notice biographique de Messali Hadj, mon père, sur laquelle je voudrais faire quelques remarques et quelques commentaires.

-Il aurait pu obtenir le certificat d’études s’il n’avait pas dû aller travailler à l’épicerie de son oncle maternel pour aider sa famille.

-S’il a décidé de s’engager dans le combat politique en France et pas en Orient, c’est parce qu’il se reconnaissait dans les valeurs de 1789 et de 1848 sans se sentir français pour autant.

-Il ne s’est pas rapproché du parti communiste parce qu’il était passionné par la politique mais parce qu’en avance sur son temps, il a perçu qu’il ne suffirait pas de se sentir révolté et humilié par l’occupation coloniale de l’Algérie mais qu’il fallait élever la conscience politique de ses compatriotes pour recouvrer sa dignité et sa liberté .

-Si Messali réclame dans un premier temps l’électorat et [l'éligibilité] des algériens dans toutes les assemblées françaises, c’est qu’à l’époque le ``Code de l’indigénat``le leur interdisait.

-La Glorieuse Etoile Nord-Africaine a eu les mêmes statuts, le même programme que l’ENA. (Voir Kaddache P348 In ``Histoire du Nationalisme Algérien``), seules les cartes d’adhérents étaient surchargées en rouge de la nouvelle dénomination.

-L’E.N.A a été dissoute le 27 Janvier 1937 par le Front Populaire à l’instigation du PCF.

-Messali n’est nullement dépassé par l’évolution de son parti. C’est une partie de la direction du MTLD profitant de son assignation à résidence surveillée à Niort qui remet en cause le programme de l’ENA, du PPA et du MTLD sur une ligne réformiste.

-C’est afin d’atteindre la représentativité exclusive de la résistance algérienne que le FLN a décidé ce que vous qualifiez de guerre civile ou la liquidation physique de MNA. Afin d’arrêter cet engrenage sanglant, Messali fit des propositions écrites à Ben Bella qui donna son accord verbalement mais ne signera pas en définitive, craignant dira-t-il pour sa vie …..

Pour conclure, je vous [dirais] que ses convictions révolutionnaires qui ont marqué son engagement politique n’avaient rien de semblable ou de comparable avec ce qu’on a appelé le ``Bourguibisme`` ou la politique nationaliste expansionniste de l’Istiqlal. Il savait très bien qu’à ce titre, il n’était aux yeux du gouvernement français nullement indispensable.

Si je me suis permise ces remarques et ces commentaires, c’est que ma considération pour les ouvrages que vous publiez sur l’Histoire de l’Algérie est grande ainsi que sur le sérieux de vos recherches.

Bien cordialement à vous.

Djanina Messali-Benkelfat.

Partager cet article

Repost 0
Published by Djanina Messali-Benkelfat - dans Algérie Histoire
commenter cet article

commentaires

RIBINE alim 21/05/2012 20:46


vive l ENA


vive le PPA et vive le MMA

EVP Ecoute Vois Parle 25/08/2012 02:44


Respect aux militants de ces organisations. Le combat pour la justice et la liberté continue en Algérie et partout ailleurs...


Benammar Christian 16/03/2012 15:58


Lorsque je me suis rendu, en cachette,  à Metz fin 56, collégien, j'avais 17 ans. J'étais ulcéré par les images de Paris-Match sur l'intervention militaire en Egypte. J'allais à
Metz à l'aveuglette pour faire connaître mon engagement et mon désir de servir une cause de justice .     A cette époque le combat engagé par le FLN contre le
MNA entrait dans une phase extrême . Les gens du MNA étaient considérés comme des soutiens aveugles d'un colonialisme dévoyé. Le combat devenu sanglant visait à
éliminer radicalement toute  représentation du MNA dans l'émigration, support incontournable du financement de la guerre en Algérie et surtout des structures militantes
nationalistes hors d'Algérie.    
 Je n'étais alors ni juge ni décideur, seulement porté par mon sentiment et l'engagement des gens que je cherchais à fréquenter . A ce moment, la volonté était d'éradiquer le MNA
concurrent qui, sans doute, n'a pas su s'adapter ni résister valablement, et a vu ses partisans plongés et disparaître par centaines dans une violence infernale.
Cette tragédie ressemble par son non-sens et ses égarements à celle des Pieds-Noirs, des Harkis et, plus tard, de l'islamisme radical et de l'immigration "sauvage", mais
on y fait encore silence. J'en témoigne avec le regret lointain d'avoir été entraîné en spectateur impuissant des tueries qui ont suivi . 50 ans après ces années de feu, mon impresion est que
l'Algérie ne s'en est toujours pas remise et qu'il serait sain d'ouvrir objectivement les pages de l'Histoire et de la guerre
d'Algérie...                                                                                                  
A tous j'oppose l'espace social des enfants franco-algériens, la Province française manquante (mixtes, pn, naturalisés et nationalisés) et le Traité de Coopération-développement érigés dans
l'esprit de la Coparentalité sans conjugalité .. Je ne crois pas que ce soit une autre histoire ?

EVP Ecoute Vois Parle 06/04/2012 00:46


La tragédie des messalistes ne peut être comparée au sort des colons ou des supplétifs de l'armée française. Je ne nie pas la souffrance des uns et des autres, mais les militants du MNA se sont
battus sincèrement, dans leur écrasante majorité, pour l'indépendance et sont restés fidèles à au leader historique de cette cause. Ils en ont payé le prix. Il vaut mieux éviter les amalgames que
certains essaient d'entretenir. L'Algérie a connu le colonialisme, une guerre contre sa révolution, la dictature de parti unique, la guerre civile et aujourd'hui une trêve dont on attend toujours
le contenu démocratique et social. Les Algériens ont le mérite de rester debout malgré toutes ces calamités. Souverainement, ils décideront des liens à établir avec leurs voisins, amis ou frères.
Et il faudra effectivement tout mettre sur la table...