Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 21:44

Il n'y a pas la moindre présence arabe dans le ghetto juif orthodoxe d'Al Qods ; on reste dans un huis-clos entre barbus et femmes péruquées ; le film parle moins d'amour que du désir entre deux hommes, dans une situation d'interdits généralisés ; un jeune artiste, paumé, rencontre un boucher, bon père de famille ; ça parle de chair, au propre comme au figuré : "Tu n'aimeras point" (Eyes wide open) Real. Haim Tabakman (2009), 1h30 min

Partager cet article

Repost 0

commentaires