Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 12:01

A l’occasion du colloque international sur Messali Hadj, qui s’est déroulé à Tlemcen, sous le thème «Cette terre n’est pas à vendre», les Séfraouis tiennent d’abord à remercier les organisateurs du colloque, et s’en souviennent de sa visite en 1948.
Un vibrant hommage lui est rendu en cette occasion, saluant ainsi le parcours de l’homme fondateur du mouvement national algérien. Deux témoignages de deux octogénaires, il s’agit de Messieurs Limam Hadj Mohamed (dit Taleb Bahous) et Rahou Kaddour, (que Dieu leur donne santé parfaite), ils ont mis à notre disposition tous ces renseignements et ces témoignages, que nous résumons ci-après. Le vingt du mois de mars 1948, le leader du MTLD, le nationaliste Messali Hadj, est arrivé à Aïn- Sefra. Il était accompagné d’une importante délégation (dont un député de l’époque en la personne de Boukadem et Baki Boualem qui était candidat aux élections à l’Assemblée algérienne pour la circonscription d’Aïn-Sefra), il était suivi d’un inspecteur de garde et d’agents de la sûreté. Les membres directeurs du MTLD du bureau local d’Aïn-Sefra, avec à leur tête Mekki Ahmed, président, et Baki Tahar secrétaire général, l’ont accueilli à l’entrée de la ville. Le bureau local était décoré de palmes et de tapis et au-dessus de la porte, un portrait de Messali, jouxtant une inscription en langue française «Pour vaincre, il faut s’organiser ». Le président de la section avait demandé l’autorisation d’annoncer l’arrivée par le crieur public. Celle-ci lui a été naturellement refusée par le chef d’annexe du territoire militaire d’Aïn-Sefra, du fait qu’il s’agissait d’une manifestation purement privée. Messali était accueilli devant le local de la section par les scouts musulmans et une foule nombreuse l’attendait dont le tiers était ses partisans. Répondant aux paroles de bienvenue prononcées par Mekki Ahmed et Chami Ahmed, il a rappelé dans une brève allocution les idées doctrinales de son mouvement, déclarant entre autres : «l’avenir est aux hommes forts et audacieux. La liberté ne se donne pas, elle se prend», déclara Messali lors d’un discours prononcé d’un arabe littéraire. Interdiction pour Messali, de traverser la ville en cortège, celui-ci prit directement la route en direction de Hammam Ouarka, où il passa la nuit. Le passage du leader dans la région a eu, certes, pour conséquence de galvaniser et éveiller les esprits chez ses partisans ardents et sincères. Un regain d’activité s’est déjà manifesté depuis le départ de ce leader du mouvement nationaliste. II semble bien être la conséquence des mots d’ordre que Messali n’aura pas manqué de diffuser en privé, notamment au cours du repas tenu chez le militant Merine Boubekeur. Un militant actif déclara lors de ce repas : «Que le citoyen qui a les moyens d’acheter un quintal de blé, ne devrait en acheter que 50 kg et consacrer le reste de son argent à l’achat d’armes». Ne dit-on pas que le vent des Aurès a soufflé d’abord sur les monts des ksour.

 

Le Soir d'Algérie, 25 septembre 2011

 

http://lesoirdalgerie.com/articles/2011/09/25/article.php?sid=123418&cid=16

Partager cet article

Repost 0
Published by B. Henine - dans Algérie Histoire
commenter cet article

commentaires