Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 12:31
Quand je pensais "Fox", mon imaginaire construit dans les années 1980 me renvoyait à un certain Fox Mulder, agent du FBI incarné par David Duchovny dans la série "X-Files" dont nous sommes tous (ou presque) capable de fredonner le générique.
"Fox", c'était aussi le jeu "Starfox" (ou Starwing selon le continent), mythique réalisation sur super NES qui nous emmenait dans l'espace en trois dimensions. Que ceux qui n'y ont jamais joué des heures durant, lancent la première bombe!
Comme je suis un grand bilingue, je sais aussi que "Fox" veut dire "renard" en anglais. Comment ne pas se rappeler de la série animée "Moi Renart" (avec un T comme Trotsky). Mais si... Ce "mariole" qui ne "manque pas d'air", en fait un jeune provincial qui monte à Paris.
Mais le renard, c'est aussi un cousin du "Vulpes zerda", autrement dit le Fennec, ce renard des sables aux longues oreilles, aux long nez, aux longues moustaches. Ce "
redoutable chasseur, rusé, véloce, agressif et parfaitement adapté aux conditions climatiques extrêmes du milieu désertique."

Comment ça je m'égare? Aurais-je pensé trop fort "One, two, three, Viva l'Algérie"? Que mes lecteurs me pardonnent cette digression.

Le film qui nous intéresse est une adaptation du roman de Roald Dahl (1916-1990), intitulé sans surprise Fantastic Mr. Fox, publié en 1970 et traduit en français sous le titre Fantastique Maître Renard (1977). Le héros, un renard voleur de poules (à qui Georges Clooney prête sa voix), met brutalement fin à sa carrière de hors-la-loi quand, lors d'une opération qui tourne mal, sa femme lui annonce qu'elle est enceinte. Il décide, contraint, de se ranger et devient chroniqueur dans la gazette du coin. Précisons que ce sont des animaux civilisés qui marchent sur deux pattes et dont les enfants ont des crises d'adolescence.
Sans vous dévoiler la suite de l'histoire, on peut signaler que ce n'est pas un film d'animation comme nous avons l'habitude d'en voir ces derniers temps. Nous sommes loin des images de synthèse à la "Shrek" ou encore des Disney "classiques" comme dans "La princesse et la grenouille". Ce qui contribue sans doute à son charme. Au-delà, même si on passe un moment plutot agréable, on quitte la salle avec une pointe de déception puisque le scénario est sans suspense.

PS : à ma grande surprise, le MK2 Odéon qui diffusait le programme, nous a épargné les traditionnelles publicités pour laisser un groupe (Gush) jouer 3 chansons de son nouvel album. C'était frais et réjouissant.

"Fantastic Mr. Fox", Real. Wes Anderson (2007), 1h28 min.

Partager cet article

Repost 0

commentaires