Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 10:45

 

L'Ange du mal

 

Difficile de ne pas penser, en voyant ce film, aux gangsters français médiatisés que furent les Spagiarri, porté au cinéma par Jean-Paul Rouve "Sans arme, ni haine, ni violence" (2008) ou "Mesrine : l'ennemi public n°1" (2008).

 

Sans arme, ni haine, ni violence                                                                                                       Mesrine : L'Ennemi public n°1

 

C'est aussi revenir à une époque violente où l'on pouvait mourir ou tuer pour des idées. Dans cette vieille Europe, des organisations ou individus comme les Brigades rouges, la Fraction Armée Rouge ou "La Bande à Baader" (2008), "Carlos" (2010) [cliquez pour lire la critique du film], etc. faisaient la une des journaux.

 

La Bande à Baader                                                                                                      Carlos

 

On choisissait de changer le monde ou de prendre sa part du gâteau. L'Ange du mal (Renato Vallanzasca) fait partie de la deuxième catégorie ; tombé dans la délinquance comme d'autres sont tombés dans la marmite. Les scènes de prison nous rappellent l'excellent "Hunger" (2008) [cliquez pour lire la critique du film] ou le non moins réussi "Bronson" (2009) [cliquez pour lire la critique du film], qui relate l'histoire du détenu le plus dangereux d'Angleterre.

 

Hunger                                                                                                      Bronson

 

Vallanzasca fait le grand écart entre le célébrissime "Scarface" (1983) ou "Les Affranchis" (1990) [cliquez pour écouter la bande originale du film], dans l'ascension puis la chute d'un outsider, et le sombre "Gomorra" (2008), pour son ancrage local dans le pays de la Juve et de la maffia.

 

Les Affranchis                                                                                                     Gomorra

 

C'est un film à voir pour le divertissement, l'atmosphère et les costumes. Quant au reste (trajectoires des individus, contexte politique, perspective européenne, etc.), on préférera autre chose...

Partager cet article

Repost 0
Published by Sidi Cinéma - dans Critiques Cinéma
commenter cet article

commentaires