Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 15:09

Grandeur et petites misères d’une Révolution

L'historiographie de notre révolution ne devait pas se limiter aux faits d’armes et au culte et à l’exaltation des héros. Mais quand cela s'est ainsi fait, on ne s’est pas toujours appuyé sur tous les témoignages et sur toutes les connaissances internes de ceux qui ont traversé et marqué cette période. Jusque-là, l’histoire de la lutte de libération dans Alger a davantage obéi à des chaînes d’intérêts et de lobbies locaux qu’au souci de la vérité et de l'objectivité.
Arezki Basta est un combattant très connu à Alger, notamment dans le milieu des moudjahidine, et sa probité est aussi solidement établie que le long cours de son engagement patriotique. Il milite au PPA à l’âge de quatorze ans, et ses qualités humaines, son charisme précoce et sa détermination lui valent très tôt des responsabilités importantes dans la capitale au sein de l’organisation indépendantiste puis au FLN pendant la révolution. Il sera ensuite chargé de différentes missions par le FLN et le GPRA au Caire, à Tripoli et en Europe. Entre le cessez- le-feu et l’indépendance, il est en charge de l’organisation des secteurs 1 et 3 de la Zone autonome d'Alger. C’est dans un contexte de pré-insurrection qu’il aura vécu la crise du MTLD et les affrontements qui s'en suivirent entre les partisans de Messali Hadj et la minorité qui a pris parti pour le Comité central, alors que se profilait de plus en plus distinctement la troisième voie, celle des activistes du Crua qui se tenaient, en principe, à équidistance des belligérants. Arezki Basta en fut un protagoniste puisqu’il eut à en découdre physiquement avec les nervis du Comité central et à s’invectiver avec Boudiaf et Bitat, entre autres dirigeants du Crua dont la neutralité avait été prise en défaut quand ils rencontraient secrètement des centralistes pourtant pas spécialement acquis au passage à l’insurrection ; ils le faisaient pour s’allier contre la majorité de la base militante acquise au vieux lutteur. Basta s’était également insurgé que ces mêmes se montraient carrément duplices quand certains d’entre eux, Krim et Ouamrane, en particulier, feignaient de soutenir Messali pour circonvenir la base du parti et accéder aux finances que la quasi-totalité des kasma avaient fermé aux centralistes. On verra qu’Ouamrane le poursuivra de sa vindicte pour cela et pour avoir refusé d'abattre Ahmed Mahsas, un dirigeant de la Révolution. Arezki Basta apporte quantités de traits éclairants sur les personnalités de beaucoup de dirigeants du mouvement national et de la Révolution et qui nous feront dire que cette épopée, pour grandiose et héroïque qu’elle fût, n’en aura pas été d’une totale sainteté. Le vieux moudjahid ne lésine pas sur l'énonciation des calculs personnels, des conspirations, des complots, des acharnements et des règlements de comptes qui l'ont parsemée. Dans le chapitre des dénis, on apprend, en particulier pour Alger où l’auteur dirigeait des groupes armés, que le martyrologe de la guerre de libération exclut de nombreux et authentiques patriotes, des fedayin tombés les armes à la main ou sous le couperet de la guillotine. «Malheur aux vaincus !» avait dit Brennus, ils avaient eu le tort de lutter sous le bannière messaliste du MNA. Arezki Basta donne les noms de certains de ceux-là et les circonstances de leurs sacrifices et il témoigne pour que justice leur soit, un jour peut-être, rendue. Ce sont près de 400 pages que l’on lit comme on écoute. Ce livre, Arezki Basta l'a écrit comme il parle. Des mots simples qui roulent sur le papier exactement comme ils sortent de la bouche. Un témoignage dense, utile, sincère, édifiant et d’une rare liberté.

Noureddine Fethani

* Arezki Basta : Les tragiques vérités qui n’ont pas été dites sur la révolution algérienne.


"Le Soir d'Algérie", 10 novembre 2011

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/11/10/article.php?sid=125624&cid=16

Partager cet article

Repost 0
Published by Noureddine Fethani - dans Algérie Histoire
commenter cet article

commentaires