Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 22:33

Le Centre Arts et culture et l’Association 8 Mai-1945 ont organisé, hier, au palais des Rais, dans le cadre des rencontres hebdomadaires, «Les mardis de l’histoire», une conférence sur le thème, le Congrès musulman du 2 Août et l’Appel à la libération de l’Algérie. La conférence a été animée par MM. Arezki Basta, Ali Agouni, Tahar Ben Aicha.
M. Kheiredine Boukherissa, président de l’Association 8 Mai-1945, agissant en qualité de modérateur, a d’abord donné la parole à M. Ali Agouni en sa qualité d’ancien moudjahed et responsable du PPA. Ce dernier a indiqué que le 2 Août 1936, est un événement important dans l’histoire de l’Algérie. Le Congrès musulman a, en effet, décidé d’organiser un grand meeting au stade municipal d’Alger, auquel a participé Messali Hadj, qui a, en cette occasion, pris la parole brièvement devant des milliers d’Algériens. Il a déclaré qu’il apportait le salut fraternel de nos compatriotes et travailleurs de France qui luttent au sein de l’ENA pour l’indépendance de l’Algérie. Ces paroles ont enthousiasmé le nombreux auditoire. Poursuivant son discours, Messali Hadj, selon l’orateur, s’est dit être en accord avec certaines revendications qui figurent dans la charte du Congrès, cependant il repousse l’idée du rattachement de l’Algérie à la France. Messali ramassa une poignée de terre et dira «Cette terre n’est pas à vendre, ses héritiers sont là, elle n’est ni à offrir, ni à hypothéquer et l’Etoile Nord Africaine y veillera. Les assistants portèrent en triomphe Messali Hadj en signe d’adhésion totale à son discours.
M. Ali Agouni considère que le PPA, qui a été créé par Messali Hadj, le 11 mars 1937, est victime d’une injustice perpétrée par le pouvoir FLN qui lui refuse toujours son agrément. Ce parti est interdit dans l’Algérie indépendante. Le colonialisme a aussi banni l’ENA, le PPA, le MTLD, fera-t-il remarquer.
Il a rendu grâce au défunt Mohamed Boudiaf qui, en 1992, en réponse à une question d’une journaliste, a rétorqué «Nous n’avons ni copié la révolution bolchévique de 1917, ni la révolution française de 1789. La Révolution de Novembre 1954 est née le 2 Août 1936, au stade municipal d’Alger autour de Messali Hadj».
La gauche française de l’époque du Front populaire a agi de manière à affaiblir le mouvement national. «Diviser pour régner», telle était sa stratégie qui a cassé l’ENA. C’était aussi l’occasion pour M. Agouni Ali, de retracer le parcours politique de Messali Hadj, en mettant en exergue ses qualités de fédérateur et son combat pour l’indépendance de l’Algérie et de tout le Maghreb.
Pour sa part, M. Arezki Basta, ancien moudjahed, l’histoire doit être écrite avec objectivité et la vérité doit être dite pour éclairer les générations montantes. Il déclare avoir rédigé un ouvrage où il relate des faits historiques qui ne sont pas encore consignés dans nos livres d’histoire. Il rappelle que Messali Hadj voulait déclencher la révolution en 1952 et qu’il a essuyé un refus émanant de son Comité central. Arezki Basta, en guise de preuve pour étayer ses dires, cite le regretté Hocine Lahouel, ancien militant de la cause nationale, qui confirme cette volonté de Messali Hadj.
Il lâche une affirmation en déclarant que ce sont les militants du MNA du groupe d’Alger, d’obédience messaliste, qui ont, du 6 novembre 1954 jusqu’à septembre 1955, perpétré les attentats du Grand Alger.
En bref, la conférence d’hier a été une sorte de plaidoyer destiné à réhabiliter la figure de Messali Hadj et tous les militants qui se réclament de sa mouvance.
M. B.

El Moudjahid, 1er aout 2011

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/14989

Partager cet article

Repost 0
Published by El Moudjahid - dans Algérie Histoire
commenter cet article

commentaires