Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 16:59

Téhéran

ça commence comme dans "Trois hommes et un couffin" et ça termine comme dans "L'Impasse" (Carlito's way)...

 

On y voit Ibrahim comme le père sympathique d'un nouveau-né attendrissant, qui se démène dans sa misère apparente pour nourrir son enfant... Sauf que, dans ce décor un peu sordide, cette pièce-cuisine où vivent et dorment trois hommes qui tirent le diable par la queue dans la capitale iranienne, on se rend rapidement compte que quelque chose est bancal.

 

Ibrahim a quitté sa province en espérant faire fortune à Téhéran. Visiblement il a échoué. Le bébé dont il s'occupe et avec lequel il va faire la manche, en implorant les passants du matin au soir, est en fait "loué" par un mafieu local. Cette routine va douloureusement se rompre lorsqu'un de ses colocataires, à qui il a confié l'enfant le temps de faire un petit boulot de jardinier, va se voir voler le bébé par une jeune prostituée qui se présentait comme une étudiante en l'abordant dans un jardin public...

 

C'est une plongée dans Téhéran la glauque, on pense alors à "Taxi driver". Le film aurait été tourné clandestinement. Ce qui relève de l'exploit. On se remémore sans peine les autres surprises du cinéma iranien : le magnifique "A propos d'Elly" et le rock'n'roll "Les chats persans".

 

Du bon cinéma. A voir, à conseiller.

 

"Téhéran", Real. Nader T. Homayoun (2009), 1h35 min.

Partager cet article

Repost 0

commentaires